ARCHITECTURES VIVES – MONTPELLIER

Il y a quelques jours, le festival des architectures vives avait lieu dans les cours de Montpellier. Il étais donc impensable que je ne fasse pas un article la dessus.

Tout d’abord quel est le but de ce festival?

Depuis 2006 cet événement est organisé annuellement par l’association Champ Libre, présidée par des architectes à Montpellier
Le Festival des Architectures Vives est un parcours architectural dédié au grand public, qui lui permet de découvrir ou redécouvrir des sites emblématiques de la ville.
Cette manifestation nous invite à aller au contact du patrimoine en lui proposant des installations dispersées dans la ville.
Il prend place au cœur de la ville historique et propose un parcours reliant des hôtels particuliers et cours intérieures, qui ne sont habituellement pas ouverte au public.

Chaque installations est créée par des équipes d’architectes le travail permet de mettre en avant celui d’une génération qui est au service de l’invention, l’expérimentation et qui explore de nouvelle possibilité de conception de notre environnement.
Le festival offre donc la possibilité de présenter une œuvre dans les lieux remarquable
qu’offrent les cours d’hôtels particuliers.

      A TRAVERS

Cette cours possède un puits en pierres, l’équipe à souhaiter baser ça réalisation autour de celui-ci, dans le but de lui ré-attribuer ça fonction première. Ainsi, un labyrinthe en bois, entour le puit et envahit la cour. Ce qui créer plusieurs chemins qui nous permettent d’atteindre le cœur de l’installation où le puits est situé. Les lattes de bois transversales laissent passer le regard mais empêchent le visiteur de se croiser.

 

IMMERSION

Le but de cette création est de nous faire ressentir une émotion en remplissant cette cours de ballons. Le visiteur se retrouve dans dans un contexte physique qui lui permettra une immersion totale dans l’expérience, ce qui créera diverses émotions, certains sentiront la paix en se retrouvant isolés, cachés. Alors que d’autres retourneront en enfance et voudront jouer jusqu’à l’épuisement. Personnellement c’est le premier truc que j’ai fais, taper dans les ballons et rigoler comme une enfant.
Plaisir, euphorie, bien-être, angoisse, jeu.. Quoiqu’il en soit, une émotion vous traverse quand vous êtes entouré de tout ces ballons.

HE COURTAIN

La nature nous impose une beauté suggérée, elle transforme l’installation en un réel paysage. Il est en perpétuel évolution, puisqu’il évolue avec le temps, la lumière mais aussi la teinte, tout comme une journée d’été dans le sud.

 

 

SOUVENIR PARTICULIER

Une fois encore cette création à pour but d’éveiller des émotions de notre passé, d’éveiller de notre curiosité. On se sent comme des enfants en observant cette mise en scène, au coeur de la cour, le visiteur se glisse dans l’étroitesse d’un passage, et il est invité à observer la mise en scène de l’image métaphorique de ses propres émotions nostalgiques. Là flottent des objets, symboles de lieux vécus, provoquant en chacun de nous un retour sur sa propre histoire, son enfance et ses premiers dessins. C’est l’une de mes installation préféré, je me suis retrouvée plonger dans un univers imaginaire qui m’a transporter.

LA MADELEINE

La fameuse Madeleine de Proust… L’installation repose sur l’architecture, l’espace et la matière pour jouer avec notre nostalgie. Elle invite le visiteur à s’émouvoir en la parcourant, en interagissant avec elle, en faisant écho à ses souvenirs enfantins. Le cube lisse et parfait renvoie à l’âge adulte. Le monde qu’il renferme: évolutif, créatif et malléable fait appel à l’enfant, faisant de l’espace de la grotte, sa cabane.

 

PAPER CLOUD

Paper Cloud élabore un espace d’illusion et de désillusion, ponctué d’ombre et de lumière, reflétant des couleurs différentes dans des temps différent.
Il est composé d’environ 2 000 cylindres en papier plastifiés, assemblés sans fixations ni colles, mais simplement emboîtés l’un dans l’autre. Cette structure de papier monochrome, simplement assemblée, contraste avec la masse de la chaussée en pierre et les murs de la cour. Cependant, une fois entré à l’intérieur, ce nuage fusionne avec la lumière et disparaît, se dissout telles les bulles.

 

Voilà un résumé de mes coups de coeur lors de ce festival. Je ne sais pas si vous avez eu l’occasion d’y faire un tour. Mais je vous conseille vivement de le faire l’an prochain, car on y découvre de sublime installation, de magnifique cour et puis cela nous fait sortir de chez nous l’espace d’une heure, ce ne qui est largement que de rester derrière un écran. J’espère vous y croiser l’an prochain.À bientôt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *